La liste

Fouquet Jean, Portrait de Charles VII, vers 1450-1455, huile sur bois, 86 x 72 cm, Paris, Louvre

Fouquet Jean, Portrait de Charles VII, vers 1450-1455, huile sur bois, 86 x 72 cm, Paris, Louvre

Les figures tutélaires

Après l’avoir évoquée à de nombreuses reprises, notamment dans La lignée, le moment est venu de donner corps à cette chaîne des maîtres. Le choix sera forcément féroce, car chacun des membres de la liste doit pouvoir personnifier la peinture, en révéler l’essence. Les élus sont les peintres des peintres, c’est à dire les peintres couronnés par leurs pairs (nous développerons cette notion dans quelques paragraphes) en voilà la liste :
Giotto, Fra Angelico, Uccello, Piero della Francesca, Jan Van Eyck, Fouquet, Titien, Tintoret, le Greco, Rembrandt, Vermeer, Poussin, Rubens, Velázquez, Delacroix, Turner, Goya, Corot, Chardin, Courbet, Manet, Cézanne, Van Gogh, Monet, Seurat, Bonnard, Soutine, Matisse, Braque, Picasso, Klee, de Staël, Morandi, Rothko, Bram van Velde.
Cette liste va de Giotto à Bram van Velde. Elle a pour principaux critères l’expression plastique et la sincérité. Elle est courte et idéale et pourtant elle ne nous suffira pas.

S’il est bien question de peinture, nous avons aussi le plus grand besoin des peintres exceptionnels que sont Cimabue, Enguerrand Quarton, Grünewald, Giovanni Bellini, Raphaël, Breughel, Véronèse, Hans Holbein, de La Tour, le Lorrain, Watteau, David, Ingres, Guardi, Degas, Boudin, Jongkind, Renoir, Seurat, le Douanier, Marquet, Modigliani, Giacometti, Masson, Bissière.
Ce deuxième inventaire est, en quelque sorte, complémentaire du premier. Additionnons les deux listes et nous obtenons ce formidable catalogue où La peinture qui rit de se voir si belle dans son miroir ira chercher ses références. Certains des peintres que vous aimez n’y figurent pas et vous soupçonnez ― c’est bien normal ― quelque subjectivité. Attendez d’avoir lu tout l’article avant de vous prononcer.

Bram van Velde, Peinture, Montrouge, 1937, huile sur toile, 100 x 81 cm, Musée national d'Art moderne, Paris

Bram van Velde, Peinture, Montrouge, 1937, huile sur toile, 100 x 81 cm, Musée national d’Art moderne, Paris

C’est vrai, il existe encore des peintres brillantissimes, des pointures, mais leur carrière a été inégale ou moins significative. Je pense par exemple à Sisley ou à van Dongen. Je n’ai pas la prétention de juger ces derniers et j’aime d’ailleurs un grand nombre de leurs toiles, malgré tout je ne les ai pas comptés dans la chaîne des maîtres. Celle-ci doit être édifiante et ne compter que des artistes sincères qui ne se sont jamais enfermés dans un système, des acharnés que rien n’arrêta dans leur marche, pas même la déroute de leurs admirateurs les plus zélés ou la perplexité de leurs commanditaires. Au risque de commettre quelques impairs, je préfère une liste un peu courte à une liste trop longue. Il existe de toute façon un critère décisif que je ne vais plus tarder à sortir de mon sac.

On s’étonnera cependant des libertés que je prends, car certaines stars de l’histoire de l’art ne sont pas mentionnées. Les grands absents sont peut-être des peintres que je connais mal, dont j’ai rarement vu les œuvres de mes yeux, comme Reynolds ou Gainsborough, mais certaines omissions sont délibérés. J’imagine que les élèves de l’école du Louvre et les étudiants de Saint Charles — le département d’arts plastiques de la Sorbonne, uniront leurs forces pour me jeter des pierres, car on n’y trouve ni le Caravage, ni Andy Warhol.

Il est donc temps de l’écrire : cette liste ne résulte pas d’un choix personnel. Elle circule depuis longtemps. Elle est le fait des peintres et des indéfectibles soutiens de la peinture. Dans ce cercle, ce sont encore et toujours les mêmes noms qui reviennent. Certaines vedettes du troisième art, portées au pinacle par les historiens ou les philosophes, sont rarement évoquées par les mordus de peinture. Or, nous avons choisis les peintres et ceux qui les accompagnent. Les grands artistes ne jalousent pas leurs illustres prédécesseurs, au contraire ils les aiment et le proclament. Il arrive pourtant qu’ils se taisent quand certaines icônes de l’histoire de l’art sont mentionnées ; s’ils ne soufflent mot c’est plutôt mauvais signe : ces maîtres ne sont pas les leurs et il est probable qu’ils les tiennent en piètre estime. Cette liste ne m’appartient donc pas, elle est — en quelque sorte — déterminée par les peintres eux-mêmes. Les élus sont d’abord distingués, cooptés, par leurs pairs, ensuite par les authentiques amateurs de peinture. Que dire de plus ? Sont nommés les peintres des peintres… Voilà le procédé de fabrication de cette chaîne des maîtres, où nous voyons un moyen d’approcher la peinture dans ce qu’elle a de meilleur.

Le peintre des peintres est davantage qu’un grand peintre. C’est un peintre d’entre les peintres, aimé des peintres et des amateurs d’art, pas forcément des historiens et des commentateurs spécialisés. À cet égard, quel peintre avéré c’est réclamé de Dali ?) Le peintre des peintres c’est aussi un peintre pour les peintres. Il les accompagne et les construit dans un dialogue qui ne s‘éteindra jamais. Le peintre des peintres c’est Rembrandt, Manet, Nicolas de Staël ou Morandi…

« De même qu’en Jazz il y a des musiciens pour musiciens, il existe dans le domaine de la peinture des peintres pour peintres, dont fait incontestablement partie Giorgio Morandi qui jouit auprès de ceux-ci d’un prestige quasi religieux. »
Gilles Altieri dans Giorgio Morandi, L’abstraction du réel, 5 juin – 26 septembre 2010, Hôtel des arts de Toulon, CMA et Conseil Général du Var, p. 3

Ces figures tutélaires ont eux-mêmes leur liste et briguent toujours une filiation avec quelques peintres de légende. Il est vrai que la liste de Cézanne ne comprend pas les artistes de la première renaissance, que celle de Giacometti ne compte ni le Titien, ni aucun impressionniste pur sucre, que Soutine se référait essentiellement à Courbet et à Rembrandt. Que peut-on en déduire ? Que penser de cette retenue ? Plus le travail du peintre est affirmé, singulier, plus sa liste est courte ? Plus l’artiste est dur avec lui-même, moins il est charitable envers ses pairs ? Ce n’est pas faux, mais il existe d’autres raisons. La peinture du moyen-âge n’a pas toujours été célébrée et, quand elle l’a été, la perspective, le modelé et le clair-obscur, ces trophées attribués aux peintres renaissants, ont perdu leur prestige. Au siècle dernier, la gloire des impressionnistes a été éclipsée par celle des cubistes. A leur tour, ceux-ci furent évincés par les peintres se réclamant de l’abstraction. Le souci de planéité, la surface picturale comme mur supplanta alors définitivement La fenêtre ouverte sur le monde. Fenêtre, qui fut dès lors désignée comme une problématique obsolète. Cependant le Mur, que chérissaient les messagers de l’art moderne, n’allait pas tarder à être contourné par de nouveaux venus… Ainsi chemine la peinture, sur un rythme qui va s’accélérant, elle semble redéfinie chaque décennie par de nouveaux messies. Pourtant, la peinture ne recommence pas, elle continue, je ne sais plus qui l’a dit, mais je souscris. Les peintres qui font référence se sont d’ailleurs rarement laissé enfermer dans un mouvement ou un académisme. C’est ainsi que Braque et Picasso cofondateurs du cubisme l’on volontiers cédé à Gleizes et Metzinger. Il existe aussi des personnalités qui, comme Seurat, ne peuvent être résumés à la formule qu’ils ont eux-mêmes promulgué. La peinture mérite mieux que le style ou le procédé. Elle a de toute façon des propriétés et des qualités qui résistent aux siècles et aux académismes.

Une exposition fameuse a témoigné de l’amour que Picasso portait aux maîtres et je ne crois que ce soit  dans un souci de rivalité qu’il ait consacré tout ce temps à les revisiter. Malgré quelques inimitiés et un ton parfois péremptoire, c’était un homme ouvert, curieux de la peinture de ses pairs, qu’ils soient anciens ou contemporains. André Lhote est moins connu. Ce peintre, cubiste revendiqué et théoricien de l’art, est mort en 1962. Sa liste est pourtant proche de la notre, n’y manque que Monet et bien sûr quelques peintres des années cinquante et soixante. Elle ressemble en fait à la liste de tous les amateurs d’art avisés et de tous les artistes qui grandissent dans l’idée d’une peinture souveraine.

Du treizième siècle aux années 1970

Giotto di Bondone, Annonciation à Sainte Anne, 1304-06, fresque, 200 x 185 cm, chapelle Scrovegni (Chapelle de l'Arena) à Padoue

Giotto di Bondone, Annonciation à Sainte Anne, 1304-06, fresque, 200 x 185 cm, chapelle Scrovegni (Chapelle de l’Arena) à Padoue

La liste proposée court de la Pré Renaissance aux années 1970, de Cimabue à Bram Van Velde. Cette fois, le choix est plus personnel. Il était possible de situer l’entrée de la chaîne bien avant le Trecento, si comme Bissière, Soulages et tant d’autres nous comptons Lascaux. Il était par contre plus difficile d’aller chercher les maîtres après les années 1970. En matière d’art, il faut compter avec le temps, le recul est nécessaire. Après des débuts époustouflants, un peintre peut s’enferrer dans un système qui lui vaut de nombreux admirateurs. Il n’est donc pas totalement absurde d’estimer à cinquante ans l’incubation indispensable, le recul nécessaire. Le temps sépare les créations majeures des réalisations sans grand intérêt et distingue — souvent — les plus solides. Cependant quand on parle de peinture il convient d’être prudent. Ainsi, Roger Bissière, vénéré par les fondus de peinture, est, aujourd’hui, ignoré par le marché de l’art et les conservateurs de musée. Pour éviter de me disperser dans d’insolubles polémiques je m’en tiendrais à cette déclaration de l’excellent René Auberjonois :

« Une œuvre se défend d’elle-même. Elle est reconnue valable ou non. C’est l’affaire du temps de la justifier ou non »
Conversation entre Auberjonois et A. Held, « Formes et couleurs «, Lausanne, 4 (1942)

J’étais effectivement décidé à m’en tenir là, mais j’ai finalement trouvé cette réflexion qui va au-delà de la formule d’usage et la complète :

« Dans les années qui suivent immédiatement la mort ou le déclin d’un artiste, les aspects périmés, démodés de son œuvre, précisément parce qu’ils sont les plus superficiels, cachent ce qu’il y a de viable, de durable dans l’œuvre, et, s’opposent directement aux aspects momentanés et semblablement superficiels des œuvres actuelles, sont insupportables. Puis, avec les années, cette écorce sèche tombe à son tour ou ne gêne plus, et la substance durable d’une œuvre devenue ancienne réapparaît. »
Couturier Marie-Alain, Se garder libre, Journal (1947-1954), Les éditions du Cerf, 1962,  p. 69

En vertu de ce principe, de l’indispensable recul, l’incursion chez les peintres contemporains, que nous ferons sans doute, relève de la prospective.

Matisse Henri, L'Atelier rouge, 1911, huile sur toile, 181 × 219,1 cm, Museum of Modern Art, New York

Matisse Henri, L’Atelier rouge, 1911, huile sur toile, 181 × 219,1 cm, Museum of Modern Art, New York

La période de référence est de toute façon susceptible de porter les enjeux et les fondamentaux de la peinture. Elle commence quand les peintres sortent de l’anonymat. Il était plus délicat mais pas impossible, de choisir un peintre fameux encore en activité pour la refermer. Cependant, si nous n’avons pas la main sur la liste des élus, nous avons le choix de la période. Dès lors, il était intéressant que des liens existent entre les premiers et les derniers maillons de la chaîne… Nous avons déjà mentionné le lien qui unit Giacometti et Cimabue, écoutons encore Matisse, quand il écrit : « Giotto est pour moi le sommet de mes désirs. »
Matisse Henri, Propos et écrits sur l’art, Savoir, Hermann, 1993

Les œuvres de Matisse ― par la simplicité et l’intensité de leurs rapports colorés ― ont d’ailleurs marqué tous les peintres et les amateurs avérés. Nombreux sont les artistes qui, à tort ou à raison, se sont réclamés du maître. Parmi ces derniers on compte deux éminents membres La liste, je veux parler de Bram van Velde et de Rothko. Pour ne pas vous infliger trop de citations je n’ai pas retenu Bram van Velde, la citation qui concerne Rothko devrait faire l’affaire.

La liste censée donner une traduction concrète, littérale en somme, de la chaîne des maîtres est un peu le socle de cette étude sur la peinture. Il me fallait donc affirmer davantage, le plus possible en tout cas, sa continuité et sa réalité. Cette deuxième citation reliant cette fois Matisse et Rothko devrait y contribuer :

« La peinture moderne à laquelle Rothko se sentait le plus profondément attaché était L’atelier rouge de Matisse, qu’il se rappelait avoir étudié quotidiennement pendant des mois après son acquisition par le Museum of Modern Art en 1949, jusqu’à y voir la source de toute son œuvre. »
Mark Rothko, Musée d’art moderne de la ville de Paris, 14 janvier – 18 avril 1999, Paris musées, 1999, p. 31

Addenda

Vuillard Edouard, Vase de fleurs sur une cheminée, 1900, huile sur carton, 36,2 x 29,5 cm, National Gallery of Art Washington

Vuillard Edouard, Vase de fleurs sur une cheminée, 1900, huile sur carton, 36,2 x 29,5 cm, National Gallery of Art Washington

Une fois la liste soigneusement établie et à peine passés deux ou trois articles, voilà ce qui s’est passé : dans le cours de mes investigations, certains peintres n’ayant pas de carton d’invitation se sont rapidement manifestés. Certaines contributions, comme celle de Daumier, se sont rapidement révélées indispensables. C’est aussi le cas d’Agnolo Gaddi, de Millet, de Vuillard, de Manessier, de Kline, de Bazaine, de Poliakoff ou encore de Music. L’occasion est donc excellente d’affirmer que l’inventaire un peu drastique auquel je renverrai régulièrement le précieux lecteur ne doit pas être considéré comme une mécanique d’exclusion, une forme quelconque d’élitisme. Certains tableaux de Carpaccio, de Rogier van der weyden, de Van Ostade, de Van Goyen, de Canaletto, de Longhi, de Bonington, de Géricault, de Vuillard, de Balthus, de Manessier… me reviennent régulièrement et méritent bien sûr toute notre attention.

La dette

Fresque minoenne, Musée archéologique d'Héraklion

Fresque minoenne, Musée archéologique d’Héraklion

Comme en musique ou en littérature, il y existe dans le domaine pictural des valeurs sûres, des modèles incontestables, dont il serait dommage de se priver. C’est dans cet esprit que j’ai dressé La liste. Notamment cette liste courte et idéale qui concentre — du treizième siècle aux années 1970 — la fine fleur de la peinture occidentale. Parlant des peintres occidentaux, il est de circonstance de mentionner la dette contractée avec des civilisations anciennes ou éloignées, comme l’Égypte, la Chine ou la Crête. Je ne vous apprends probablement rien, car cette réalité a donné matière à d’innombrables écrits. L’apport de l’Orient fut ainsi essentiel à Van Gogh, à Bonnard, à Matisse, à Braque, à Picasso… c’est-à-dire indispensable à la prodigieuse avancée des maîtres modernes. A ce propos, une petite citation ne serait pas de trop. Entendons, par exemple, André Lhote qui évoque ici l’influence de l’art japonais :

« Cette leçon ne profita pas seulement à Van Gogh, mais à Matisse, qui se plia merveilleusement à cette discipline, et aux cubistes dès que ceux-ci abandonnèrent la fragmentation en clair-obscur des objets pour adopter, en se réclamant à nouveau de l’Orient, la technique de l’à-plat (…) »
André Lhote, Les invariants plastiques, Hermann, Miroirs de l’art, 1967 (1948), p. 109

Cet emprunt, ce braquage ou ce brassage, ne peut être rattaché aux seuls XIXe et XXe siècle. Qu’elles soient temporelles ou géographiques, le peintre ne s’est jamais soucié des frontières, et, pour le plus grand bonheur de l’amateur, il a toujours su tirer pari du butin.

Cet addenda, ce genre de complément, était nécessaire : je devais tôt ou tard rendre ce bien modeste hommage aux peintres de tous les temps et de tous les continents. Je n’ai bien sûr ni l’ambition ni l’objectif de couvrir l’histoire de l’art dans sa totalité. Le pays des tableaux, tel que je l’ai délimité, devrait permettre à l’esprit de la peinture de se manifester. Dans cette hypothèse, le catalogue de La peinture qui rit de se voir si belle dans son miroir me semble constituer une boussole fiable, un outil pédagogique approprié.

Épilogue

Vous aimez la peinture, vous voulez mieux la comprendre et l’apprécier ? Avant de partir pour le musée, n’oubliez pas de jeter un œil à notre liste. Elle vous évitera peut-être de vous égarer et finalement de vous lasser dans la multitude des œuvres présentées. Passé un certain temps, édifié par les plus grands, vous dresserez sans doute votre propre liste.

Qu’est-ce que ça veut dire en effet, s’ouvrir à la peinture en s’appuyant sur les peintres qui font repère ? Cela ne signifie pas que l’on raye les artistes non mentionnés. Lorsque l’on « parle peinture » il faut se garder de tout jugement précipité. Considérez donc cette liste comme une recommandation, un genre d’ordonnance, qui vous permettra, je l’espère, d’entrer de plain pied dans l’univers pictural. Elle constitue en tout cas la pierre angulaire de ce petit traité.

 

DJLD, La liste – dernières modifications 2 17

3 réflexions au sujet de « La liste »

  1. PANOMA Marie-Louise

    la lecture de ces articles me donnent envie de retourner au Musée pour essayer de voir les œuvres autrement

  2. Marion Bremaud

    Merci pour votre liste, j’aime les peintres cités (il y en a quelques uns que je dois découvrir encore) et même si entre Piero della Francesca et Rembrandt je ne comprends pas encore le lien, je les aime énormément pour des raisons différentes. Piero m’amène là ou il n’y a que lumière, un océan de bien être, j’aime beaucoup aussi « La vierge enceinte », Rembrandt me passionne, « Isaac et Rebecca » m’a achevé.
    J’ai été nez à nez à ces deux oeuvres et dans les deux cas avec personne autour ( c’est rare pour Rembrandt mais j’y étais à la première heure et la salle était vide). Rembrandt me touche physiquement. Piero della Francesca , j’aime tellement le bleu, la lumière, c’est serein.
    Grand merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *